Tranches de vie & dinderies
5 commentaires

Comment survivre à l’Été ?

été 2015, canicule, paie ta transpiration, mets la tête dans le congélo,

(Surtout quand on n’a pas le corps prévu pour.)

J’ai beau être née sous le sunlight des tropiques soleil du sud de la France (sous le signe astrologique du petit crabe, qui l’est trop le symbole chatoyant de l’été et de la chaleur et des gens trop à l’aise avec, tavu), il est des choses qui me cassent les noix. Parmi elles, on peut citer en vrac : me lever tôt, me coucher tôt (je suis contradictoire), aller faire les courses (mais j’adore manger), cuisiner (mais j’adore manger), devoir appeler les gens au téléphone (mais j’aime bien écrire par contre)… etc.

Mais en haut du podium se hisse, et sans trop d’efforts en plus hein, la chaleur à la fois moite et sèche (pas de discriminations) et tous les trucs un brin moisis qui l’accompagnent, entre autres choses la transpiration façon phoque marin perdu sur la terre ferme et et l’envie de se rouler en boule dans son congélateur pour s’y laisser mourir dignement. Vivant aux pieds des Alpes, on pourrait s’attendre à un peu plus de fraîcheur que dans une ville comme Bordeaux où il fait 40° tout le mois de juillet, MAIS NON. A croire que le Soleil se fout de ma gueule, il fait plus chaud chez moi qu’à Montpellier, paie ta logique.

beauty & the beast, la belle et la bête, gaston, la rose, walt disney,

Moi, en plein mois de juillet (métaphore).

Après réquisition du ventilateur familial (non en fait, je l’ai pris sans rien demander, il en allait de ma survie)(#thug) pour créer l’illusion d’un courant d’air dans mon 35 m² (l’air de rien, c’est important) et la liquéfaction de mon corps à même mon affreux lino (oui, c’est pas celui qui fait une super imitation de parquet, comme ceux que Sophie présente sur M6)(non, moi c’est le moche qu’on voit dans les salles d’attente de médecins à deux doigts de la retraite), je suis forcée d’admettre une chose : à l’image de cette rose, j’suis au bout de ma vie, comme tu peux l’imaginer zézaiement.

A court de stratégies pour me protéger du dessèchement qui me guette toujours plus au fil des minutes qui s’égrènent, j’en appelle à tes astuces de grand-mère et autres techniques de ninja (sont bien évidemment exclus les recommandations de ceux qui kiffent leur life de cuire comme un bifteck géant).

Technique #1 : Dormir la tête dans son congélateur/réfrigérateur

J’ai beau être de format réduit, tant en hauteur qu’en largeur, mon congélo est bien trop minuscule pour moi (même un nourrisson n’y rentrerait pas, c’est te dire la misère pour y caser mes crêpes au fromage surgelées quand je rentre de Casino). Impossible que ma tête puisse s’y glisser, que ce soit en hauteur comme en largeur. Il faut donc me résoudre à céder la place à mes steaks hachés, mes bâtonnets Findus et mes dix-huit pots de glace à la vanille et au yoghurt. Parce que bien manger, c’est important.

La meuf, elle kiffe les 38°C, t'sais. Injustice totale.

La meuf, elle kiffe trop ses 38°C, t’sais. Injustice totale.

Technique #2 : Le squattage de la piscine parentale

Je fais partie des privilégiés qui peuvent se réfugier dans la maison parentale où se trouve un bassin plein d’eau fraîche (tout du moins fraîche ET au-dessus de 27° parce qu’on est un peu des gros précieux, dans le coin). Et faut bien avouer que c’est quand même super cool. Merci Maman, merci Papa pour tous ces barbecues estivaux et ces après-midi farniente (à l’ombre du parasol, quand même).

Seul petit bémol : des nièces de huit ans pleines d’énergie, d’enthousiasme et de ferveur enfantine pour les jets d’eau dans la figure, y compris quand tu n’es plus dans le bassin (d’ailleurs, même quand t’es dans le bassin hein)(même je suis la reloue qui veut pas se mouiller les cheveux et puis qui en fait plonge sous l’eau deux minutes après parce qu’elle se prend pour Flipper le daupin)(#logique) et que t’es en train de lire un livre. En papier.

Squattage de la piscine parentale.

Avec le vernis assorti à la piscine, t’as vu ?

Technique #3 : S’enfermer dans sa douche de 70 x 70 cm

Le gaspillage d’eau, c’est mal. Tout le monde le sait, sauf visiblement mon syndic’ immobilier puisqu’il me laisse vivre avec une fuite d’eau non-réparée depuis plusieurs mois et ce, sans culpabilité aucune. Sachez que la planète ne vous dit pas merci et que moi non plus (d’ailleurs, je vous dis merde aussi, voilà).

En plus, ça veut dire que je ne peux même pas essayer de me noyer sous des litres d’eau froide (enfin pas trop, au-dessus de 27°, rappelez-vous)(je suis une mauviette précieuse sur les bords) parce que sinon, je transforme mon appart en pataugeoire et les pataugeoires, chacun sait que ce sont les nids à germe des piscines municipales et qu’on devrait les reboucher fissa.

Bon, accessoirement, sache que dans un bac de douche de 70 x 70, IL N’Y A ABSOLUMENT PAS DE PLACE (et j’insiste lourdement sur ce absolument), donc tu seras forcée de rester debout pendant des heures, jusqu’à ce que tes articulations rendent l’âme dans un crac affreux (pour la petite note dramatique).

Technique #4 : S’exiler en Antarctique

Et tout plaquer pour devenir un pingouin au Pôle Nord (ou Sud)(si j’en crois les dires de Colombus dans Zombieland, « y’a pas d’pingouins au Pôle Nord » ). Solution radicale, oui, mais hier, il a fait 45° dehors (le bitume s’est mis à fondre JE TE JURE C’ÉTAIT TOTALEMENT FOU), et j’avoue avoir prié pour que la Mort vienne me chercher rapidement, entre deux p’tits vieux dans son agenda super chargé. Deux ventilateurs n’auront pas suffi à me rafraîchir et je me suis brûlée la main gauche en touchant l’aération de mon PC. Injustice totale.

Technique #5 : Aller à la piscine municipale / à la mer / au lac d’à côté

[…]

liz lemon, 30 rock, alec baldwin,

La piscine munici… Ahahahahahah.


Non mais là, je lole hein. Jamais. JAMAIS.
°


Publicités

5 commentaires

  1. J’ai écrit un billet similaire quand j’ai commencé mon blog sauf que moi je ne propose aucune solution. Mais j’en ai une seule, non deux. La première c’est remplir la baignoire d’eau froide + glaçons, la deuxième c’est s’exiler en Bretagne tout l’été (vers Brest de préférence).

    • J’approuve la Bretagne, pays des crêpes, du far (avec plein de beurre) et du cidre. Brut, évidemment.

  2. escarpinsetmarmelade dit

    Franchement, t’y mets pas du tien! Les solutions 2 ou trois me paraissent adéquates! Désolée, moi j’adore l’été, la chaleur, la moite attitude, toussa toussa… Bref, tout ce qui appelle l’apéro!

  3. C’est le genre de moment où je finis dans le noir total, bannissant le mot « soleil » de mon existence et où je bois des litres d’eau dans l’espoir d’avoir un système de refroidissement hydraulique dans mon corps. Sauf que non, mais les chiottes sont fraiches alors ça passe..

    Sinon, astuce que je tiens de ma sœur : aérer au bon moment. À partir de 19h-20h (je crois, « fin, quand ça commence à redescendre, 17h étant là où le plus la merde apparemment) et se lever tôt à 6-7h pour fermer les volets et les fenêtres qui contribuent pas au courant d’air.

    Ayant aussi une très haute résistance à la chaleur et un amour immodéré pour l’été, ça a pas trop mal marché chez mes vieux.(Bon, j’ai un putain de courant traversant avec les fenêtres du salon et de la chambres en face l’une de l’autre, ça triche un peu. hehe). Dans tout les cas tu souffres, mais moins.

    (Excellent article sinon, comme les autres. ^^)

Un truc à ajouter ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s