Mois: septembre 2015

Oculus, le film qui rend parano

100% des gens ont reçu, reçoivent ou recevront une chaîne bidon qui te dit que si tu répètes trois fois devant ton miroir « Bloody Mary » , un fantôme hideux et haineux apparaîtra dans ton dos. Et, armé d’un couteau de boucher, il entreprendra de te vider soigneusement de des intestins. Le seul moyen de le contrer ? Faire suivre la chaîne à tous tes contacts. Oui, les fantômes se markétisent, version 2.0. Plus besoin d’apparition flippante, on veut de l’engagement. Refuser de transférer leur message plein de fautes, c’est comme refuser de s’inscrire à leur newsletter. Le summun de l’affront post-mortem. Tout ça pour dire que je commençais à désespérer de tomber sur un film de fantôme vengeur ou de possession bien cheloue et qui me provoquerait quelques frayeurs sur mon canapé, bien planquée derrière mes coussins jaunes. Parce qu’Insidious et The Conjuring, ça commence à dater.

panic at the disco, musique, too weird to live too rare to die, brendon urie,

Panic At The Disco : des dents, des joues et une voix

Niveau musique, même si j’écoute absolument tout et n’importe quoi (coucou Paganini, coucou Elvis, coucou Britney ♥), il y a quand même quelques inconditionnels. Notamment un groupe que je suis depuis mon adolescence & mes 16 ans à jamais perdus, Panic At The Disco. J’aimerais bien faire un récapitulatif des membres (genre au départ, ils étaient quatre, puis deux, puis trois, puis re-deux et puis encore re-trois derrière), mais ce serait un peu chiant et ne nous mentons, on s’en moque un peu. Étant donné que la seule constante du groupe, c’est le chanteur, Brendon Urie, on va résumer tout ça beaucoup plus vite avec une photo.