Ectoplasme & Co., La Minute Culture
7 commentaires

Oculus, le film qui rend parano

100% des gens ont reçu, reçoivent ou recevront une chaîne bidon qui te dit que si tu répètes trois fois devant ton miroir « Bloody Mary » , un fantôme hideux et haineux apparaîtra dans ton dos. Et, armé d’un couteau de boucher, il entreprendra de te vider soigneusement de des intestins. Le seul moyen de le contrer ? Faire suivre la chaîne à tous tes contacts. Oui, les fantômes se markétisent, version 2.0. Plus besoin d’apparition flippante, on veut de l’engagement. Refuser de transférer leur message plein de fautes, c’est comme refuser de s’inscrire à leur newsletter. Le summun de l’affront post-mortem.
To
ut ça pour dire que je commençais à désespérer de tomber sur un film de fantôme vengeur ou de possession bien cheloue et qui me provoquerait quelques frayeurs sur mon canapé, bien planquée derrière mes coussins jaunes. Parce qu’Insidious et The Conjuring, ça commence à dater.

ET PUIS, UN JOUR, ON M’A PROPOSÉ OCULUS.
0

Occulus - Affiche avec Karen Gillan

Le pitch, avec des spoilers dedans (sinon, vous allez rien piner)

On peut déjà constater le pouvoir de creepitude super élevé de l’affiche.  Le « it » fait référence à un miroir (maléfique, on s’en doute) fabriqué il y a de cela quelques siècles et qui a la sympathique particularité de provoquer des morts soudaines et brutales partout où l’on a eu la bonne idée de l’accrocher chez soi. Cela implique quand même d’avoir peu de goût en matière décoration intérieure parce que le miroir, il ressemble à ça :

Oculus - Le film avec un miroir maléfique (et moche en plus) qui tue des gens.

Et on ne me fera pas croire que ce genre de choses ait été à la mode un jour.

En l’occurrence, Kaylie, la petite rousse sur l’image (jouée par Karen Gillan), fait partie de ceux qui ont été les victimes de ce truc hideux et diabolique et qu’il faudrait me payer très cher pour que j’accroche chez moi. C’est pas elle qui est morte, tu t’en doutes, sinon il n’y aurait pas de film. Lorsqu’elle était enfant, elle et son frère Tim, ont donc vu leurs parents devenir de plus en plus marteaux, de plus en plus flippants et de plus en plus dangereux. Avec un lot de phénomènes inexpliqués dans la maison, bien entendu.

Tim & Kaylie Enfants - Oculus

Le film démarre onze ans après les faits (en l’occurence, le pétage de câble paternel) où l’on rencontre Tim, interné depuis ses 8 ans ou quelque chose dans ce goût-là, en pleine séance de remodelage de cerveau par son psychiatre. Visiblement, c’est lui qui a tué son père (d’une balle dans la tête)(on le relance le débat sur la détention d’armes à domicile ou pas ?) et on est en train d’estimer s’il peut être relâché dans la nature et arrêter de raconter que tout est de la faute d’un miroir parce que c’est quand même sacrément pas crédible.

Doté de son fragile petit ego sous le bras, Tim est accueilli à la sortie par sa grande sœur, qu’il n’a pas revue depuis onze longues années. Elle l’accueille chez elle, mais surtout, elle lui annonce une truc trop cool : elle a retrouvé le miroir, qui s’était visiblement perdu dans la nature, malgré sa taille imposante et son look parfaitement hideux. Et du coup, Timmy se retrouve face à une soeur aîné un brin hystérique, en mode « Je l’ai piqué pour la nuit et je l’ai remis dans la maison de Papa & Maman vu qu’elle a jamais été vendue puisque tu les a butés dedans, sacré p’tit frère, tu vas voir comment on va trop s’amuser ce soir ! » .

Tim & Kaylie, adultes - Oculus

Oui, ça sent le gros LOL en perspective, effectivement.

On a vu plus chaleureux comme retour à la civilisation, mais Kaylie n’en démord pas, s’ils veulent prouver que le miroir est maléfique et rend les gens fous, c’est now or never. Alors bon ben, comme Tim n’a nul part où aller, il la suit. Et il découvre tout le plan que sa sœur aînée a mis en place en moins de deux jours pour que le miroir ne puisse jamais les piéger avec tous ses tours de passe-passe et les revenants qui en sortent pour prendre l’air. Des caméras, des Mac, des portables, des réveils, des alertes, des lampes qui n’ont pas besoin de prise électrique pour fonctionner, des pommes, de l’eau et même un chien en cage (ainsi que des plantes vertes, réparties dans toute la maison histoire de verdir un peu tout ça). Ce serait trop chiant long à décrire, mais en gros, elle a paré à toutes les éventualités. OUI, TOUTES.

Bon du coup, là maintenant, ça m’ennuie un peu de continuer à raconter parce que :
• Vous ne pigeriez absolument rien sans les images sous les yeux. J’pourrais vous raconter la recette du clafoutis à la cerise que ça reviendrait au même, hein.
• Comme c’est à partir de là que ça part en couilles sévère, je n’ai pas envie de vous spoiler quoi que ce soit vu que j’aime ce film d’amour et que je ne veux pas vous gâcher des surprises (ceux qui connaissent la scène du changement d’ampoule comprendront de quoi je parle).

 Pourquoi il faut que tu regardes Oculus, du coup ?

  • Ça fait vraiment flipper sa race.
  • Pour une fois, les personnages principaux ne sont pas stupides.
  • Avec tous les allers et retours passé/présent, réalité/illusion, on devient vite marteau, et au final on ne sait plus que croire & on a juste envie de leur dire de se barrer fissa loin de ce truc au look steampunk parfaitement affreux.
  • La fin n’est pas forcément prévisible dès le début (même si deux minutes avant qu’elle arrive, on comprend ce qui va se passer dans pas longtemps et on a envie de hurler « NON » de toute la force de notre pauvre petit cœur).

ALORS, VU OU PAS VU ?

Publicités

7 commentaires

  1. mamzette dit

    L’avantage, c’est qu’il y en a tellement peu, des bons films à frissons (et je ne parle pas de frissons cochons) que quand tu tombes sur un bon, tu ne t’y attends pas. Quand j’ai regardé Oculus, je m’attendais à une daube. Autant te dire que j’ai fini en mode fax sous le canapé, les ongles plantés dans le tapis, quel pied… sauf que moi, ce genre de fin, ça me tord les boyaux, et j’ai toujours un peu envie de leur dire « tout ça pour ça???? Fuuuuuuuuuuuuuuuuuuuck ».

    • Ahah, oui, je vois bien la réaction pour le final. Mais sincèrement, je m’y attendais pas (enfin, presque pas quoi, sauf dans la minute qui précède la tentative d’éclatage en règle du miroir steampunk) donc mon « fuuuuuuuuck » était un « fuck » relativement plein de surprise et de « Nan, ils z’ont pas osé quand même ? ». Eh ben si.

      Et puis alors le père et la mère, j’ai envie de dire « OH MON DIEU MAIS QUELLE HORREUR » 😀

  2. olalalalala mais cette histoire de miroir affreux et maléfique me parait génial!! Merci d’avoir trouvé LA guest star de ma prochaine soirée film d’horreur (chose que je ne pratique pas seule quand même, je n’en suis pas encore à ce stade de la bravoure). Parfait parfait parfait!

  3. Ca donne envie! (enfin en plein jour, en pleine après-midi avec Chéri dans le salon à coté, quand même).
    Je me fais peur toute seule avec ce genre de films, mais j’adore…sur Orange (les chaines à la demande) j’avais regardé Insidious justement, et j’avais adoré (du moins ce que j’en ai vu en mettant les mains à peine un peu devant les yeux), je vais voir si je ne peux pas voir celui-là.
    Merci pour la découverte!

    • Aah oui, Insidious réussit son effet la première fois qu’on le regarde ! J’adore les films d’horreur et tous les trucs à bases tripes répandues un peu partout (zombies & slashers), mais je suis un peu comme toi… J’me fais peur toute seule après ! Quitte à me balader de nuit chez moi avec la peur au ventre et retourner me coucher avec la sensation d’avoir survécu « une nuit de plus » 🙂

      J’ai découvert récemment aussi le jeu « Until Dawn ». Ça combine film d’horreur et jeu vidéo. On prend les décisions des personnages (genre « se cacher ou fuir ? ») pendant qu’ils se font poursuivre par un tueur au masque de clown décharné… Mate la dose de stress ! C’est atrocement et génialement affreux (et je pense que je refuserai d’y jouer seule, ahah) !

Un truc à ajouter ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s