Année: 2016

Halloween et le top trois des derniers navets que j'ai vus en matière de cinéma d'horreur.

Du pop-corn pour Halloween.

Au lieu de refaire un énième post à l’occasion d’Halloween (même si, techniquement, on est déjà mi-novembre et que donc je suis en retard mais chut on a rien vu), post qui qui porterait aux nues l’intégralité des productions James Wan, vous conseillerait de regarder Shining (alors que je ne l’ai jamais vu)(mais j’ai lu le livre, qui m’a traumatisée à vie, merci bien Stephen), Massacre à la Tronçonneuse ou encore l’intégralité des Romero (parce que tu peux pas prétendre aimer les zombies sans vénérer le monsieur à moustache, c’est comme ça)(pire encore, tu ne peux pas admettre en public que t’as aimé World War Z, paraît-il que c’est trop la honte)(sauf que moi j’ai grave kiffé et je dis flûte aux rabats-joie), je vais plutôt parler des derniers VRAIS GROS NAVETS que j’ai eu l’occasion de voir et que je ne recommanderais à personne, même pas à mon pire ennemi. Parce qu’on peut se l’avouer : un vrai bon film d’horreur, ça court quand même pas les rues ces temps-ci.

You're Next, pour une fois, un slasher qui en met plein la vue.

You’re Next

J’aime beaucoup les films avec des gens qui crient et qui se font couper des morceaux de bras à coups de haches (les slashers, quoi) mais il faut se rendre à l’évidence : tomber sur une vraie perle relève de l’exploit. Je recherche pas spécialement la subtilité hein, c’est pas ce qu’on demande à des films comme ça MAIS QUAND MÊME un minimum syndical, au hasard des personnages pas trop cons qui évitent de s’enfermer à la cave alors que leur baraque est encerclée de psychopathes, par exemple (j’dis ça, j’dis rien hein) ? Du coup, You’re Next a été plus qu’une heureuse surprise remplie de hache, de mixeur et de tournevis en folie. Pourtant, ça fait plus d’un an que je remets sans cesse mon visionnage, la bande-annonce me rappelant beaucoup trop un sombre ersatz d’un American Nightmare en plus ridicule, notamment à cause des masques de loups et de moutons utilisés par les méchants. Et puis un soir d’ennui (et aussi parce qu’il était impossible de trouver une copie visuellement potable de Piranha 3DD)(c’est la …

Suicide Squad, le film qui aurait pu être bien mais non, en fait.

Suicide Squad

*Ça va être super long, j’préfère prévenir. Après l’attente de The Revenant & Civil War, figurait sur mon calendrier personnel la sortie de Suicide Squad, un énième blockbuster estival mettant en avant ce que l’univers DC Comics a réussi à créer de mieux : ses méchants. Après le lamentable échec de Batman vs Superman, ça jouait donc gros et le teasing autour de Will Smith et ses copains a été aussi (voire plus) agressif que celui des aventures de Steve Rogers qui part en gué-guerre contre son ancien meilleur pote Tony. Avant de rentrer dans le vif du sujet, je reconnais une chose, c’est que DC met clairement la pâté à Marvel en matière de bande-annonces :

The Walking Dead et ces personnages morts qu'on ne regrette pas (oui, Lori Grimes, c'est de toi que je parle).

Les morts de Walking Dead qu’on ne regrette pas (du tout).

(C’est tout plein de spoilers, hein.) ° Pas besoin d’approfondir la lecture de ce blog pour comprendre rapidement que je suis tombée dans la marmite du binge-watching, version Obélix mais sans menhirs ni pantalons à rayures ni force surhumaine. Avec Dexter & Game of Thrones, The Walking Dead est la troisième série que je suis depuis ses débuts, chaque épisode opérant un cumul de miles niveau stress, entre rongeage de cuticules et crêpage de chignon devant chaque générique de fin (on en parle du final de la saison 6 ?). Et si le destin de Rick, de Daryl et de Michonne me pétrifie d’angoisse devant des mid-season parfaitement scandaleux (arrêtez de couper des scènes, pitié), il y a d’autres personnages dont j’attendais la mort avec impatience. C’est peut-être un peu extrême, mais voir des gens dénués de bon sens en pleine apocalypse zombie (au hasard planter sa caisse dans un ravin alors qu’on conduit sur une route déserte, hein Lori) a le don de me hérisser le poil. Surtout si c’est pour que Rick nous fasse un nervous breakdown sorti de derrière les fagots en fracassant deux …