Du zombie & du sang, TV Addiction
26 commentaires

Les morts de Walking Dead qu’on ne regrette pas (du tout).

The Walking Dead et ces personnages morts qu'on ne regrette pas (oui, Lori Grimes, c'est de toi que je parle).

(C’est tout plein de spoilers, hein.)

°
Pas besoin d’approfondir la lecture de ce blog pour comprendre rapidement que je suis tombée dans la marmite du binge-watching, version Obélix mais sans menhirs ni pantalons à rayures ni force surhumaine. Avec Dexter & Game of Thrones, The Walking Dead est la troisième série que je suis depuis ses débuts, chaque épisode opérant un cumul de miles niveau stress, entre rongeage de cuticules et crêpage de chignon devant chaque générique de fin (on en parle du final de la saison 6 ?).The Walking Dead sur AMC - Le casting au complet

Et si le destin de Rick, de Daryl et de Michonne me pétrifie d’angoisse devant des mid-season parfaitement scandaleux (arrêtez de couper des scènes, pitié), il y a d’autres personnages dont j’attendais la mort avec impatience. C’est peut-être un peu extrême, mais voir des gens dénués de bon sens en pleine apocalypse zombie (au hasard planter sa caisse dans un ravin alors qu’on conduit sur une route déserte, hein Lori) a le don de me hérisser le poil. Surtout si c’est pour que Rick nous fasse un nervous breakdown sorti de derrière les fagots en fracassant deux cents zombies dans les abysses de la prison où ils ont tous échoué, et ça en moins de trois minutes (j’ai compté).

Histoire de détailler le pourquoi du comment, organisons tout ça sous la forme d’un top 6. Au départ, c’était un top 7, mais le personnage de Shane me pose trop problème pour l’inclure dans la liste des gens que je ne regrette pas du tout. Suivant les épisodes, c’est soit un peu un gros connard (coucou Otis, on pense à toi), soit le seul mec dans la place qui se dit que faire marcher ses cellules grises tout en fonçant dans le tas, c’est pas forcément une mauvaise idée. Attitude qui me paraît plutôt saine, quand on se réveille au beau milieu d’une apocalypse zombiesque et que son meilleur copain est paralysé par l’angoisse de prendre une décision qui lui vaudrait de se faire encore une fois engueuler par sa femme.

Lori Grimes, la grande gagnante

Lori Grimes, la pire mère de la terre

« Dis donc Rick, t’as pas vu Carl ? Je l’ai encore perdu. »

En plus d’avoir pour chanson-totem Je sais de Shy’m (qu’on peut appliquer à Shane aussi bien qu’à Rick)(pas de jaloux), d’avoir été élue number one des mères indignes pendant quatre saisons d’affilée (ou trois, j’ai un doute d’un coup), Lori Grimes décroche la palme du personnage le plus insupportable chez bon nombre d’aficionados de la série. Et ça commence quand même à faire beaucoup de titres pour une seule personne. Mais elle remporte aussi (et haut la main) celle de la mort la plus traumatisante (pourtant sur six saisons, y’a de quoi faire jouer la concurrence) en plus d’assurer à ce pauvre Carl un bon paquet de névroses et de traumatismes via l’un des pires rites initiatiques de passage à l’âge adulte qu’on puisse envisager.

Carl Grimes - Répète un peu ça, looser ?

Badassitudisation, level 2.

Remballe ton complexe d’œdipe du pauvre, on en reparle le jour où tu auras dû éventrer ta mère (oui bon eukay, techniquement c’est Maggie qui s’en est occupée) pour sortir ta petite sœur de l’utérus maternel avant d’achever la femme qui t’a mise au monde d’une balle dans la tête et d’abandonner ses restes au bon vouloir du gardien de prison qui s’est zombifié discrétos dans un coin. Même en réfléchissant très fort, j’avoue ne pas trouver de scénario plus dégueulasse que celui-là.

Andrea, la femme qui ne réfléchit jamais

Laurie Holden incarne Andrea, dans The Walking Dead, sur AMC.

Elle se fait aussi brûler vive dans Silent Hill.

Si Lori détient la médaille d’or des décisions pourries qui ne font que plonger un peu plus profondément le groupe dans la merde, la médaille d’argent revient sans hésiter à Andrea. Est-ce que j’ai des preuves de ce que j’avance ? Mais tout à fait.

Dans la première saison, c’est la seule personne de l’histoire qui hésite à voler embarquer un collier en nacre à deux dollars pièces pour Amy, sa petite sœur, alors même qu’ils sont enfermés dans un centre commercial sur le point d’être envahi par une horde affamée. WAKE UP SUNSHINE, personne viendra contrôler les caisses alors tu le glisses dans ta poche et tu te barres fissa, on a vraiment pas le temps pour tes conneries.

Dans la deuxième, elle interrompt un des rares moment d’hilarité de Daryl quand elle lui demande d’achever un mec qui s’est pendu en oubliant visiblement que se briser la nuque ne détruisait pas le cerveau pour autant (oui bon, tout le monde n’a pas fait médecine hein). Alors quand Daryl lui répond « Bravo ma chérie, une flèche de gâchée, j’espère que ça soulage ta conscience bancale parce qu’à la hauteur où est ce gros crétin, j’pourrais jamais la récupérer » , on a un peu envie de lui suggérer d’en gâcher une deuxième pour achever cette pauvre Andrea et abréger notre supplice.

Dans la troisième saison, QUI, OUI QUI ose abandonner Michonne sur une aire d’autoroute pour partager la couche du Gouverneur, un grand malade mental qui collectionne les têtes tranchées dans son arrière-boutique, tel un Joffrey Lannister du pauvre ? Oui, coucou c’est encore moi, Andrea & mon copain le mono-neurone. Comme si les sbires du Gouverneur comprenaient quoi que ce soit à la génétique avec leurs kits du parfait petit chimiste… Le dernier expert du CDC dans la saison une vous l’a pourtant bien dit : « Non, on sait pas ce que c’est, on le saura jamais lolilol, allez bon suicide bonne chance les copains, moi j’y vais » .

Andrea, incarnée par Laurie Holden dans The Walking Dead sur AMC.

La scène du faux espoir…

Dans la quatrième saison, elle… Ah bah non, dans la quatrième, elle est morte. Bien fait, ça t’apprendra à privilégier un matelas confortable au détriment de ta meilleure pote, celle qui maîtrise le sabre encore mieux qu’Uma Thurman pendant sa vendetta meurtrière contre Bill & son frère toujours coiffé d’un chapeau de cowboy informe pour camoufler ses cheveux gras (Michael Madsen forever).

Dale, l’ersatz tropical de Gandalf

Ou l’homme qui donne des conseils à tout le monde, même ET SURTOUT quand on lui demande jamais son avis. Affublé en permanence d’une chemise à fleurs jaunes joyeusement décalée avec l’ambiance de fin du monde et l’absence définitive de 4G qui achève de péter le moral bien comme il faut, Dale Horvarth n’a qu’une seule utilité au sein du groupe : être capable de réparer la caravane, qu’on dirait sortie de Prisoners (le film où on fait kidnapper des fillettes par des handicapés mentaux)(d’ailleurs Dale ressemble au cliché du mec qui pourrait kidnapper des fillettes dans une caravane miteuse).

Dale-le-relou, interprété par Jeffrey DeMunn dans The Walking Dead sur AMC.

« Mais personne n’est au courant de ça, chuteuh ! »

Sauf qu’être le mécano officiel du petit groupe de survivants ne lui suffit pas, Dale, il veut devenir le Jiminy Crickett  officiel d’Andrea, seule blonde de la troupe depuis qu’Amy s’est fait croquer le bout de gras au coin d’un feu de camp, où tout l’monde faisait griller des marshmallows en parlant de han mais tu te rappelles comment c’était vachement mieux avant ?

J’ai cru comprendre que Dale & Andrea sortaient ensemble dans la BD, elle a donc visiblement un penchant gérontophile qu’on a préféré ne pas exploiter à l’écran (ce qui me semble être la meilleure idée du siècle, elle est déjà suffisamment insupportable comme ça). Du coup, quand Andrea révèle publiquement son envie de se suicider tout en fournissant l’arc narratif le plus chiant de toute la saison 2, Dale monte tout de suite au créneau et dissimule toute arme à feu sur laquelle la jolie blonde pourrait mettre la main.

Bon, il est mignon de faire ça hein, mais Andrea, elle a les boules qu’un mec qui a l’âge d’être son grand-père lui donne des leçons des morales en cachant son jouet. Alors elle luit dit franco, en mode « Mais Dale, arrête de saouler, on sait tous que t’as la force d’un moineau anémique et que t’as peur de Shane alors rends-moi mon pistolet et mêle-toi de tes fraises un peu » . Tu te doutes que ça ne fonctionne pas, le vieux monsieur barbu étant plutôt têtu.

"Don't open, dead inside", le célèbre tag qui accompagne le réveil de Rick Grimes, dans The Walking Dead.

J’adore ce GIF, il résume bien la creepitude de la série, je trouve.

Dale a l’une des morts les moins intenses de la série, probablement pour compenser le  ridicule de son bob caractère vachement grave du personnage (je sais pas trop ce que vous en pensez mais ça me semble être une hypothèse plutôt cool). Pour rappel, Dale, son marcel & sa chemise à palmiers délavée se font déchiqueter à la fin de la saison 2, de la bouche même du zombie encore immobilisé dans de la boue quelques heures plus tôt ET auquel Carl, avec sa force d’enfant de 7 ans effrayé et relou, avait réussi à échapper après que celui-ci lui ait chopé le mollet.

Le Gouverneur, actuel number one des FDP*

*(On attend de voir la suite avec Negan pour réactualiser le classement.)

Je suppose que tu le connais déjà, mais pour ceux qui ignoreraient encore son existence, let me introduce le monstre sans âme responsable de la mort d’Hershel, l’homme le plus sage du monde, la version blanche et à barbe du grand-père de Kirikou si seulement Kirikou était né en Géorgie américaine plutôt qu’en Afrique centrale. Avec la touche parfaite de sadisme qu’on n’attendait pas et qui nous a tous traumatisé : nul besoin de couteau à beurre pour séparer la tête d’Hersh’ du reste de son corps quand j’ai sous la main le sabre de ma copine Michonne, regardez bien, j’vais vous en donner du spectacle moi, bande de débiles.

"Bonjour, je suis le psychopathe du coin, je viens pour la fête des voisins."

TUEZ-LE, MAIS TUEZ-LE.

Le Gouverneur est à la tête d’une petite communauté de survivants, paisiblement installée dans une charmante bourgade appelée Woodbury. On comprend pas trop comment il s’en est retrouvé à la tête (d’ailleurs, lui-même semble avoir du mal à l’expliquer, hein) et il a sous ses ordres une tripotée de brutes à l’humeur un peu instable (coucou Merle) ainsi qu’un scientifique fragile, Milton (celui qui bouffe Andrea)(un hourra pour Milton), qui persiste à croire qu’on peut domestiquer les zombies en leur faisant écouter de la musique (c’est mignon, tant de naïveté). A sa décharge, quand la domestication foire, on leur arrache les dents et on organise des répliques de combats de gladiateurs pour divertir la plèbe, terrifiée de tout ce qui se passe derrière les murs d’enceinte mais plutôt jouasse à l’idée de se faire une version 2.0 de Gladiator.

Sauf que le Gouverneur en a marre de devoir assumer le rôle du mec qui garde et protège une bande de brebis égarées, incapables de se prendre en charge si elles se faisaient attaquer par un zombie. Le Gouverneur, y’a qu’un truc qui lui tient chaud la nuit (outre Andrea la traîtresse) : la perspective de s’emparer de tout ce que possède Rick Grimes (à l’époque, une femme vivante et enceinte, un enfant encore vivant et avec ses deux yeux, le tout bien à l’abri dans une prison)(y’a même un petit potager, j’veux dire, on se refuse rien), et de tuer tout le reste (surtout Michonne). On ne s’attardera pas sur l’épisode où il torture Glenn & Maggie parce que c’est celui qui a signé son arrêt de mort aux yeux de beaucoup de gens (notamment les miens).

NON MAIS REGARDEZ-MOI CE MALADE MENTAL.

Chut, Papa est là ma chérie.

Mais pourquoi éprouve-t-il donc autant de haine pour Michonne alors qu’elle est tellement chouki quand elle vole des barres protéinées à ses copains ? Parce que c’est la seule à connaître son point faible. A savoir que le bonhomme garde en cage sa propre fille, zombifiée depuis quelques années (et donc dans un stade de décomposition assez avancé), histoire de pouvoir lui faire des câlins tous les soirs.

Point faible qu’elle transperce avec une joie non-dissimulée à coups de sabre, sans l’ombre d’une hésitation. Oké meuf, tu veux la guerre, tu vas l’avoir, laisse-moi juste choper mon char d’assaut et je viens tous vous rétamer la tronche dans votre prison, qu’il lui réplique. Dommage pour lui, tous ces jolis plans, c’est sympathique mais c’est sans compter la badassitude de ses adversaires et leur combo fatal* en guise d’accueil : même pas peur mec, on a un Daryl et une grenade, alors ton char, on a un peu envie de lui dire lol, bring it on boy.
*Combo fatal alternatif = Rick & ses canines en béton armé qui déchirent des jugulaires.

Nicholas, le premier homme né sans testicules

Alors qu’ils commencent tous à mourir de faim et de soif sur une route déserte et juste après que Rick ait manqué de sévèrement démolir ce pauvre Aaron, les voilà accueillis à bras ouverts à Alexandria. Cette communauté a été jusque-là miraculeusement épargnée pendant que le monde civilisé s’effondrait tranquillement de l’autre côté de leurs barrières en métal (comment diable est-ce possible, cela restera toujours un mystère, mais bon, soit, admettons).

Des petits groupes de jeunes encore physiquement fringants partent régulièrement en expédition à l’extérieur, histoire de rapporter vivres et médicaments au reste de la communauté et pour pouvoir braguer deux minutes en rentrant, parce qu’ils y vont au péril de leur vie et de celles de leurs copains (qu’ils abandonnent sans aucun remords dans des entrepôts de supermarché, empalés sur des étagères métalliques)(quand y’a plus le temps, y’a plus le temps).

#Jesuisungroslâche, TMTC.

« Me cherche pas l’Asiat, je te dis que j’irai pas alors j’irai pas. »

Parmi eux se trouve Nicholas, une petite tantouze qu’on déteste tous immédiatement parce que le seul qu’il a dans le colimateur, c’est Glenn. Pourquoi, on sait pas, peut-être qu’il est anti-coréen ou peut-être que Glenn est né avec ce qui lui fait cruellement défaut, à savoir altruisme, gentillesse, humilité, sens du sacrifice, des cojones, une classe indéniable et de l’humour qui résiste à tout, même quand on le recouvre d’entrailles putrides. Donc que cet ex-livreur de pizzas débarqué du néant vienne lui donner des ordres, Nicholas et son énorme ego de face de fion le vivent très mal.

Bref, ce personnage n’est rien qu’une misérable petite raclure de fond de bidet qui ne mérite aucunement l’absolution. J’espère qu’il brûle en Enfer à l’heure actuelle pour avoir tué Noah, as known as le mec le plus innocent et inoffensif de la série. Tout ça en offrant une place aux premières loges à notre copain Glenn, le genre de point de vue où tu peux pas rater une miette du déroulage des boyaux de ton ex-meilleur ami. Et faire pleurer Glenn, c’est l’assurance de devenir le mec le plus détesté de la planète en moins d’un dixième de seconde, gégeay l’ami (nouveau record, juste après le Gouverneur qui décapite notre papy préféré)(là aussi, on attend la suite avec Negan pour updater le classement).

Pourquoi est-ce que les missions de merde me retombent toujours sur la gueule hein ?

My God, je vais vomir, ouvrez la porte, pitié.

Donc c’est même pas la peine de parler de la fois où on a tous cru que son suicide dégoulinant de couardise mal placée avait bien failli transformer Glenn en morceau de bidoche sanguinolente. Sauf que Glenn, la survie en rampant sous une benne de poubelle, ça le connaît, tu peux pas test’.

Lizzie, cas d’école de psychopathie profonde

Terminons ce post sur une note de poésie bienvenue : le cas des enfants qui n’ont pas la lumière à tous les étages. La série, à l’instar de Game of Thrones, n’a peur de rien, pas même d’exécuter des gamines de 10 ans à l’écran après les avoir fait muter en parfaites petites psychopathes (Dexter spirit). Niveau creepitude, on n’avait rien vu venir et notre petit monde est entré cruellement en collision avec l’univers mental si particulier de Lizzie Samuels, accompagnée de la centaine d’araignées qui lui courent au plafond.

Les Sœurs Samuels dans The Walking Dead

Lizzie-la-Psycho est à droite. A gauche, c’est Mika.

Lizzie a une sœur plus jeune, Mika, avec des grosses joues, des tresses et une petite voix qui donne envie de lui dire qu’elle est trop choupi. Cette dernière a beau être une flipette de compétition, elle reste assez lucide pour s’apercevoir qu’on s’amuse pas à jouer au loup avec un zombie à moins d’avoir deux-trois cases en moins. Ça fait partie du packaging de base, niveau survie, si on n’est pas complètement taré. D’où son inquiétude grandissante concernant sa sœur aînée qui passe son temps libre à étouffer des bébés et à nourir les morts-vivant croisés à coups de mulots et de souris.

Est évoquée rapidement la possibilité de sauver l’enfant en la confiant aux bons soins de la délicate Carol. Sauf que ça fait déjà un moment que Lizzette a plus la lumière à tous les étages quand elle déclare avec un aplomb déconcertant Vous en faites pas, j’ai tué Mika pour qu’elle revienne plus forte, je la nourrirai avec des rats des champs et on pourra jouer au loup jusqu’à la fin des temps ça va être trop cool, en attendant allez me chercher Judith svouplé, vous s’rez mignons.

The Walking Dead - S4E14 "The Grove" : Tyreese commence à baliser sévère à l'idée de dormir dans la même pièce que Lizzie Samuels.

Pour l’ambiance musicale, c’est par ici.


Quelqu’un d’autre à ajouter à la liste, peut-être ?
°


Advertisements
Cette entrée a été publiée dans : Du zombie & du sang, TV Addiction
Avec les tags : ,

par

De taille réduite mais la tête remplie de trucs plus ou moins intéressants & plus ou moins vraisemblables, je vis dans un monde merveilleux sans fautes d'orthographe, peuplé de zombies, de BigMac et de gens aux cheveux propres.

26 commentaires

  1. Seigneur, pardonnez-moi parce que j’ai pêché. D’une, parce que cela faisait un petit (pas bien de mentir) moment que je n’étais pas retournée sur ton blog, et dieu comme je me sens coupable. De deux, j’ai un retard considérable à rattraper. Cafetière et chocolats s’imposent donc alors que c’est carême. (Bon en vrai, je m’en fiche mais ça donne un genre catho négligé assez tendance non? Ouais, non la ferme.)

    J’adore ton blog de A à Z, point.
    Bisous biscuités

    Aimé par 1 personne

    • En ce moment, je croyais que la tendance c’était le vegan et le zéro déchet…? J’espère que tes chocolats sont artisanaux et cruelty free (uhuh).
      Et pis merciiii ^_^

      Aimé par 1 personne

  2. Entièrement d’accord avec toi, notamment pour Lori que je ne supportais pas au point qu’il m’arrivait de zapper ses passages. Andrea je l’aimais bien seulement à certains moments. Comment as-tu pu passer à côté de choses pareilles (j’évite de spoiler)… Effectivement, elle n’a pas beaucoup réfléchis !
    En parlant de personnages qui m’ont sérieusement gonflés, la première place reste pour Skyler White (Breaking Bad) et de loin 🙂

    J'aime

  3. Pingback: Les requêtes cheloues de Google #4 | Sweet Judas

  4. Jon Muller dit

    Aaaaaahhhhh walking dead quelle super série. Très sympa ton article. J’adore ton blog. Tu utilises quoi comme thème stp? Merci et bonne continuation. Ah oui au fait…. je m’abonne j’adore te lire 😜😜 A+++

    Aimé par 1 personne

    • J’utilise un thème payant, Zuki (de Elma Studio, je crois, mais ça reste à vérifier). Il me semble que son prix a augmenté, il doit frôler les 50€ (alors qu’il en faisait encore 24, quand je l’ai acheté y’a deux ans).

      Et merci pour ton p’tit mot, ça fait plaisir de savoir que tu aimes bien ce que je blablate par ici ! 😉

      Aimé par 1 personne

  5. Moi aussi je ne supportait pas Lorie et Andrea..Alors quand il sont mort javoue que j’avait plus un sourrire qu’une larme a l’oeil ; )
    Moi j’aimer bie dame.. même si j’avoue que c’était un vieux sage assez Discount 🙂

    J'aime

  6. Pour Lorie, j’ai un peu crié victoire (je l’avoue). Même si la scène était horrible, c’était un personnage qui freinait un peu les actes contre les zombies et qui était limite dans un monde de bisounours. Au bout d’un moment, c’était énervant.
    J’étais tellement contente quand Andrea s’est « suicidée », elle a foutu la merde un peu partout car elle ne savait pas réfléchir à ses actes et aux conséquences. Quant à Nicholas et Lizzie, merci le réalisateur et toute l’équipe d’avoir tuer ses deux personnes extrêmement étrange à mon goût et qui aura ramener pleins de problèmes au groupe si ils étaient encore là aujourd’hui !!

    Aimé par 1 personne

  7. Moi je regrette la mort de la petite Lizzie, j’aimais bien son personnage complètement détraqué psychologiquement par ce monde apocalyptique. Mais après, je pense qu’ils ont bien fait de la tuer dans la saison 4 parce que je ne pense pas qu’ils auraient pu faire durer sa storyline sur plusieurs saisons.

    Aimé par 1 personne

    • Bon alors, je me répète, mais je ne la regrette pas du tout 😀
      Cela dit, cette histoire a été vraiment super bien traitée et sa mise à mort par Carol était d’autant plus poignante.
      Lizzie la renvoie à ce qui la bouffe actuellement : le fait de ne pas avoir réussi à sauvegarder et protéger la forme d’innocence la plus pure (l’enfance) par deux fois donc (sa propre fille Sofia, dans la saison 2, et maintenant Lizzie).

      C’est d’ailleurs un des points communs que je vois entre elle et Daryl (cf. Toute sa storyline ave Beth en premiére partie de saison 5)… C’est une partie d’eux-mêmes qu’ils essaient de retrouver ou de réparer à travers ce genre de personnages (les deux ayant eu un passé violent et psychologiquement traumatisant hein, on peut le dire).

      Et voilà, j’ai encore écrit un pavé, désolée 😀

      J'aime

  8. Ah ah, j’aurais mis pareil en « number 1 », Lori était vraiment chiante et insupportable ! Je suis d’accord avec ton classement, même si, le Gouverneur, Andrea (à certains moments) et Lizzie étaient de bons personnages dans la mythologie de la série. Puis, Nicholas, je l’aurais mis en deuxième position tellement le mec était abrutis (il a provoqué la mort de Noah merde !) !

    Par contre, un personnage que je rêvais de voir mourir pendant les saisons 2 à 4, c’était Beth ! Elle m’insupportait, et c’était même un de mes personnages détestés de la série ! J’arrêtais pas de me dire, que c’était impossible qu’une fille comme elle puisse être encore en vie après autant de temps dans le show ! Moi, qui suis sûr que je ne survivrais pas longtemps dans ce genre de monde, je m’en sortirais toujours mieux qu’elle !

    Puis, les scénaristes ont réussi un coup de maître, ils m’ont fait adorer le personnage de Beth dans la saison 5 ! Son histoire avec l’hôpital était vraiment bien, et elle a su évoluer et survivre par elle-même pour une fois. Je crois que c’est ce qui aurait dû être fait pour le personnage beaucoup plus tôt dans la série. Voilà, pourquoi sa mort violente et surprenante est une des morts qui m’a le plus émue et choqué.

    Aimé par 1 personne

  9. J’ai attendu bien longtemps avant de lire cet article car il me manquait encore quelques épisodes, j’avais peur de me faire spoiler ! ^^ Très bon article au passage, hyper complet ! 😉

    Je suis plutôt d’accord avec ton classement… Lori était vraiment insupportable mais en même temps, sa mort m’a beaucoup choquée et j’aurais presque eu envie qu’elle survive encore un peu. C’est surtout que je suis une grosse hypersensible, alors toute la scène en question + ensuite quand Rick l’apprend, ça m’a un peu remuée! ^^

    Andrea je la trouvais vraiment conne, d’autant plus quand elle s’amourache du Gouverneur, laissant tomber Michonne… Le fait qu’elle se débatte à ce point à la fin pour au final se faire bouffer, j’ai vraiment trouvé ça bête!

    Le Gouverneur et Lizzie, bien qu’ils ne me manquent pas, et comme cela a déjà été dit, restaient néanmoins des personnages intéressants et bien construits. Car on en voit (comme Nicholas), des personnages dont le seul intérêt réside dans le fait qu’ils vont se faire tuer ensuite… Ici, il y avait de vrais questionnements qui découlaient de leur psychologie, plutôt complexe.

    A l’inverse, je regrette vraiment la mort de Beth, qui était devenu l’un de mes personnages préférés, notamment au travers de sa relation avec Daryl, ou encore celle d’Hershel. 😦

    Aimé par 1 personne

  10. Je suis bien content que Shane soit pas dans la liste car j’aimais beaucoup le personnage qui comme tu dis apportait des choses utiles au groupe.

    C’est un excellent article comme d’habitude, avec plein d’humour 🙂 juste petite erreur sur la légende Lizzie/Mika, mais bon, moi aussi je confonds ma droite et ma gauche lol
    Pour Dale: il n’est pas aussi vieux dans le Comic, donc pas de problème avec Andrea en fait, qui elle survit bien plus longtemps. Bon ils ont tellement foire le perso en saison 3 cela dit… J’aimais bien son intrigue sur le suicide en saison 2, surtout que ça menait à de belles réflexions autour de Beth qui finalement se rend compte qu’elle ne veut pas mourir. C’est même un des aspects psychologiques les plus aboutis de la saison pour moi 🙈

    D’ailleurs, je suis content que Beth ne soit pas dans l’article, car sa naïveté enfantine, je la trouve vraiment parfaitement développée. Bon ok c’était juste mon perso préféré… 😨

    Après pour la liste.. J’en ai marre de voir Glenn et Daryl survivre à des situations pas possibles, je me débarrasserai bien de Carl et Bob n’est pas franchement une grande perte !

    Aimé par 2 people

    • Ahah, j’avais même pas vu l’énorme bourde sur ma droite et ma gauche, merci de la remarque. J’hésite à la corriger, ça m’a fait rire en relisant 😀

      Bob a au moins eu un départ en fanfare : voir ton mollet dévoré par une troupe de consanguins cannibales qui ignorent que tu viens de te faire mordre l’épaule, c’est quand même fabuleusement ironique.

      Ah non, pas Carl ! Je suis sûr que son face-à-face avec Negan augure d’une relation bien malsaine parce que, on peut le dire, ça fait trois saisons qu’on se demande comment cet enfant n’a pas encore basculé dans a) une profonde dépression ou b) une folie meurtrière incontrôlable. Et là, Negan arrive, tel un Cavalier de l’Apocalypse. C’est presque trop beau pour être vrai.

      J’arrivais encore à apprécier Dale dans la première saison (même si sa méfiance à l’égard de Shane devient ultra-reloue) et puis dans la deuxième, il a commencé à me sortir par les yeux. Bon, Andrea par contre, c’était clair, net et précis : dès le premier épisode où elle apparaît dans le cadre, j’ai su qu’on allait pas s’entendre. C’est physique, elle me hérisse les poils avec ses questionnements idiots.
      Cela dit, il est vrai que la réflexion autour du suicide (et notamment Dale qui l’empêche de le faire) partait bien. Mais bon, voilà, c’est Andrea et elle me pompe l’air donc c’était mal engagé pour la suite 🙂 Cela dit, la voir balancer ses quatre vérités à Lori lorsqu’elle parle de Beth et de ses tentatives de suicide, c’était jouissif (« you still don’t get it, do you ? »).

      Beth est devenue également un de mes personnages favoris, mais ça a pris un peu de temps. Je trouve qu’elle gagne en profondeur à la mort d’Hershel (quand elle se retrouve seule avec Daryl, en fait). J’aime bien son côté « petite flammèche d’innocence » qu’elle incarne pour tout le groupe, et particulièrement pour Daryl, qui doit y voir une forme de pureté et d’innocence qu’il s’empêche lui-même d’exprimer depuis son enfance (qui a été particulièrement merdique, donc bon, ça peut se justifier).

      Dans le même esprit, j’ai beaucoup aimé également l’épisode où Merle « sauve » Michonne de la prison où Rick se demande s’il la garde avec eux, s’il la tue, s’il l’envoie en exil solitaire… etc. La dynamique Merle/Michonne était chouette, dommage que ça ne dure qu’un épisode 😉

      Aimé par 1 personne

  11. Carol a encore beaucoup à livrer, quelques indices ça et là sur sa stratégie et certainement celle qui a le plus appris sur la survie. Par contre parfois je l’ai trouvé inutilement agressive avec ce gosse.

    Absolument et cette actrice fait preuve d’un manque de professionnalisme. J’ai raconté l’anecdote sous l’article The Door de Tina, histoire de l’aimer encore plus.

    Rahh oui j’étais morte de rire ! T’as l’impression que les scénaristes sont venus sur le plateau pousser les personnage dans le dos. Ce besoin de se débarrasser d’eux était limite palpable. Leur histoire n’allait pas loin honnêtement, même s’il s’agit d’adoucir Rick et de l’assommer un peu plus par la suite.

    J’ai oublié Beth, insupportable. Pourtant un joli personnage au début qui avait du sens quand Hershel était encore là pour la protéger de l’apocalypse. Selon cette logique une fois seule elle aurait du subir un traumatisme ou s’endurcir ou je ne sais quoi du coup elle est juste devenue agaçante. J’ai du mal à comprendre comment elle a pu conserver cette naïveté enfantine.

    Aimé par 2 people

  12. Lori était conne et paumée certes mais son accident j’y vois surtout la paresse des scénaristes. Tu te souviens de cette scène sur un pont large et vide où Carol et Daryl parviennent à se faire piéger et finissent dans une camionnette qui en tombant fait une roulade avant ? Pourquoi inventer des situations pareilles quand la mort peut venir n’importe où et n’importe quand. Bref et pour en revenir à Sarah Wayne Callies ses perso sont toujours les mêmes et elle ne s’emmerde pas à les incarner + que le strict minimum. En revanche j’aimais bien cette pointe de sympathie apportée par Dale et Andrea sur la fin affichait une certaine complexité intéressante mais peu étudiée. Pour le Gouverneur et Lizzie, leurs histoires étaient terminées mais j’en viens à les regretter car au fond ils permettent d’aborder tout ce qu’une situation exceptionnelle peut détruire chez l’être humain. Et le passage des deux soeurs est vraiment couillu. Au fond je pense que j’ai un faible pour les perso normaux en situation anormale, ceux qui sont terrifiés ou dérivent.
    Tu devrais faire un billet sur ce qui aurait du mourir, comme les Sasha et Rosita les nanas échappées d’une telenovela et si mal jouées….

    Aimé par 1 personne

    • Ahah oui, effectivement, l’accident de Daryl et Carol, je n’ai pas compris… Surtout qu’en courant, ils avaient largement le temps de se barrer du pont, hein. Mais bon, c’est tellement plus simple de s’enfermer dans une camionnette et de se précipiter dans le vide (why ?).

      L’arc concernant les deux soeurs Samuels est effectivement « couillu » et je l’ai trouvé passionnant… Mais si on le regarde du point de vue de Carol. La scène du « Look at the flowers » est d’autant plus dure à regarder quand on se rappelle de Sofia, sa propre fille. D’ailleurs, le personnage de Carol est actuellement un des plus intéressants. Je suis curieuse de voir l’évolution de sa relation avec Morgan, et le rapport qu’ils entretiennent tous les deux avec l’épineux problème de « la nécessité de tuer pour survivre ».

      Concernant Sarah Wayne Callies, j’ai visionné The Door récemment et bon, bah… Elle est toujours aussi exaspérante hein. Minimum syndical, et encore. Au bûcher, quoi.

      Sasha et Rosita, j’ai pas vraiment d’opinions dessus. On les voit pas assez pour ça. Personnellement, la dernière que j’étais heureuse de voir mourir, c’était la copine blonde de Rick, avec ses deux enfants geignards…

      Aimé par 1 personne

  13. Ahahah j’ai adoré ce classement !!!
    Quand j’ai vu le titre de ton article j’ai pensé de toute façon à « LORIE » direct !!!
    Et à travers cet article tu m’as replongé dans la série et à travers des scènes ou j’ai détesté certains personnages (autant que toi^^) !!
    Merci pour cet article !!

    Aimé par 2 people

  14. Je ne comprenais pas toujours Lori et Andréa mais je ne les ai jamais détestées. J’ai été traumatisée par la mort de Lori, non seulement parce qu’elle est horrible en soi mais aussi parce que je m’étonne encore que Carl ne soit pas devenu complètement cinglé après ce qu’il a traversé. La mort du gouverneur et de Nicholas n’est pas une grosse perte. Toutes les personnes saines d’esprit n’attendaient d’ailleurs que ça. Dale ne méritait pas de mourir mais il est vrai qu’à part réparer la caravane, il ne servait pas à grand-chose. Quant à la petite Lizzie, elle avait beaucoup d’araignées au plafond mais c’est toujours triste de voir une gamine rendre son dernier souffle.

    Aimé par 2 people

    • Je pense que la prochaine saison va s’axer sur Carl, justement (enfin, j’espère). Negan incarne la parfaite anti-thèse de Rick, avec sa folie et son imprévisibilité… Je pense qu’une dynamique (biiiieeen malsaine) va s’instaurer entre Negan & Carl, justement (puisque de toute façon, Rick est sur le point de nous refaire un nervous breakdown, va bien falloir trouver d’autres repères d’autorité, toussa). J’ai hâte de voir ce que ça va donner. Carl commence à prendre de la distance avec son père et ses actes. Donc j’avoue être impatiente de voir son évolution, étant donné qu’il a pas spécialement été utile ou passionnant depuis le début de la série (si, il geignait un peu, dans les premières saisons).

      Oui, la scène du « Look at the flowers » était particulièrement intense. Je me souviens avoir été relativement choquée (c’est pas souvent qu’on voit des enfants passer de vie à trépas dans les séries télé).

      J'aime

Un truc à ajouter ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s