Game of Thrones, TV Addiction
3 commentaires

Mort & Traumatisme à Westeros

Sept saisons de Game of Thrones et autant de morts, par Sweet Judas

Me revoilà des jours semaines mois années on a compris après un dernier article sur Altered Carbon qui était déjà lui-même une re-publication d’un vieux truc, à l’instar des derniers posts sur Game of Thrones. Entre-temps, la saison 8 est sortie et on essaie tous tant bien que mal d’oublier l’énorme étron que c’était et qu’on a tenté de nous faire passer pour une apothéose narrative qui allait en foutre plein les yeux à tout le monde. Quelque part, c’est réussi, j’ai été presque aveuglée par tant de nullité, de raccourcis et d’incohérences qui se ramassent à la pelle, telles des feuilles mortes sur la lande de la désolation westerosienne. Mais bon, on en parlera plus tard et en détails, parce que deux ans après ce final, je suis toujours atterrée.

Pardon mais non, c'était bien de la merde hein, j'y peux rien.

Quand j’essaie de garder une expression neutre et polie face aux gens qui ont apprécié cette saison 8 de Game of Thrones.

Contexte : Oui, effectivement, cet article aurait dû être publié AVANT la sortie de la saison 8. Sauf qu’en fait, j’ai jamais rien publié depuis et que mes brouillons s’entassent dans leur coin en attendant que je trouve l’envie de les terminer (coucou la critique de Civil War et Jurassic World). Faites genre vous avez rien vu et essayez de vous rappeler à quel point on s’attendait pas à ce que ce final soit aussi mauvais, à l’époque.

Etant donné que cette septième saison (dont on peut lire mon bilan moultement mitigé par là-bas) ne nous a proposé aucune mort marquante (parce que qui regrette actuellement Thoros et son manbun hein ?)(personne, soyons honnêtes deux minutes), revenons ensemble sur les assassinats et coups de poignard dans le dos qui ont parsemé toute la série jusque-là, contribuant à la fois à nous faire hurler et à nous rendre addicts en même temps. C’est ça, la magie HBO : on te traumatise d’un côté et on te fait en redemander de l’autre.


Viserys Targaryen, la mort propre et nette

Viserys, pour ceux qui l’auraient oublié, était le dernier héritier mâle de la dynastie targaryenne encore en vie et donc le frère aîné de Daenerys. Présent seulement dans la première saison, Viserys est avant tout une sombre petite fouine prétentieuse, dont le passe-temps principal consiste à terroriser sa sœur… Et ce, malgré son propre physique de biscotte et sa ressemblance frappante avec une fillette de six ans et demi fan de poneys. Déterminé à retrouver ce qu’il estime être son trône légitime depuis que Bébert Baratheon a massacré l’intégralité de la famille, il tente un peu tout et n’importe quoi (et surtout n’importe quoi) pour se polir un peu plus l’ego derrière ses  cheveux argentés, bercé qu’il est par de douces illusions où les pécores attendraient son retour comme le Messie (sauf que non, en vrai).

Prenant un peu trop la confiance, il décide alors de vendre sa sœur et sa virginité à un Golem seigneur Dothraki local, dans l’espoir naïf que celui-ci lui jure fidélité et lui refourgue le commandement de ses guerriers sanguinaires en échange pour aller latter du monde de l’autre côté du détroit et retrouver sa couronne sertie de rubis violets (pour être assortie à ses yeux, parce  que bon, il est coquet quand même). Et on le sait déjà grâce à notre ami Jorah Mormont de la Friendzone, les Dothrakis sont clairement pas là pour enfiler des perles. La flatterie, les pots-de-vin, les serments d’allégeance qu’on dégaine dès que ça sent la merde ? ‘Connais pas, y’a pas le temps et puis d’abord j’ai des copains à étriper pour l’apéro bouge pas, j’reviens.

Khal Drogo arrache des langues quand on le provoque, oui. C'est radical.

La résolution des conflits en interne, chez les Dothrakis.


Boromir Eddard Stark, la mort à laquelle tu ne t’attends pas (du tout)

A l’époque je n’avais encore lu aucun des bouquins et ma candeur enfantine biberonnée aux Disney prenait pour acquis le caractère intouchable de certains personnages (as known as les Gentils), à l’instar de ce brave Boromir Ned, dans le monde de la fantasy médiévale. Étais-je naïve ? Oui. Clairement, j’avais trop regardé Le Seigneur des Anneaux où Aragorn démonte à la chaîne 832 Uruk Hai sans sourciller, et G.R.R. Martin s’est chargé de me l’apprendre, dans la douleur et la stupéfaction. C’est pas parce que t’es la tête d’affiche que t’as l’immunité scénaristique, bienvenue in a world full of lies.

Exécution de Ned Stark (Sean Bean) par décapitation dans la saison 1 de Game of Thrones.

« Je le savais que c’était une idée de merde de venir ici. »


Renly Baratheon, la mort dark and full of terrors

Renly fait partie de cette liste pour une raison plutôt simple : je ne supporte pas le personnage de Melisandre, la prêtresse rouge qui fait genre elle voit l’avenir dans des braises de feu de camp et qui en fait se plante une fois sur deux parce qu’en vrai, elle gère très mal l’improvisation et vous êtes marrants, mais pondre des versets mystiques sur commande, c’est pas aussi facile que ça en a l’air bande de bouseux illettrés. Par contre, quand il s’agit de grossesse accélérée pour accoucher de Venom d’un spectre assassin dont le seul but dans la vie est de massacrer X ou Y pour ensuite s’évaporer tel un gigantesque nuage de gaz carbone continuant d’alimenter le trou béant dans notre couche d’ozone, là, y’a pas de problème : Madame excelle.

Melisandre se met bien avant de devoir pondre une prédiction à Stannis Baratheon dans Game of Thrones.

Ouais ouais, le vin accroît la puissance de mes prédictions t’uinquiètes.


Les Noces Rouges, la mort sans pitié (même pour les fœtus)

The Red Wedding est probablement l’épisode qui a choqué le plus de monde sur la planète (ouais sauf ceux qui ont lu les livres avant et ceux qui comprennent pas l’engouement autour de cette série non vraiment je vois pas c’est mauvais et mal joué, à part des meufs à poil et des tripes à l’air, y’a rien quoi c’est bon, on vous a entendu les rabats-joie du fond, merci). Moi-même je pensais qu’on avait atteint un sommet avec l’exécution de Boromir Ned et je croyais sincèrement que pour une fois, y’a des gens tout bonnement heureux qui allaient pas se faire broyer par la roue du Destin westerosienne.

GRAVE ERREUR.

On disait donc "Traumatisme, level 357".

« Mais on avait même pas entamé le dessert, bande de gros malpolis. »


Joffrey Baratheon, la mort cent fois méritée

On l’attendait tous, on l’espérait à chaque minute de chaque nouvel épisode et quand elle est finalement arrivée on s’est dit que c’était quand même sacrément dégueulasse, même pour cette petite pute de Joffrey. Jusqu’à ce qu’il rassemble ses dernières forces pour pointer du doigt un Tyrion plus que dubitatif alors en train, dans un plan en contre-plongée trooop subtil, de ramasser la coupe dans laquelle venait de boire son royal neveu. Là, on s’est brutalement rappelé que Joffrey n’a jamais rien été d’autre qu’une grosse morue et que, quand on y réfléchit, s’étouffer dans son vomi c’est encore bien trop doux comme mise à mort.


Oberyn Martell, la mort trop craquante*

Un GIF vaut mille mots et ca tombe bien parce que je n’assume cette vanne que partiellement donc voilà, c’est cadeau et bon appétit surtout.

Tyrion regarde Oberyn Martell se faire exploser le crane par Gregor Clegane - Game of Thrones, HBOLa Montagne explose le crâne d'Oberyn Martell au procès de Tyrion Lannister - Game of Thrones, HBO.


Ramsay Bolton, la mort super sale

Et du coup, c'était vraiment une saucisse. Quel farceur, ce Ramsay.

Oui, on a tous eu un doute sur l’origine et la traçabilité de cette saucisse.

Ramsay est le rejeton de Lord Roose Bolton. Pour te resituer le délire, on trouve les Bolton dans un petit bled baptisé Fort-Terreur qu’ils ont pris l’habitude de décorer avec des lambeaux de peaux prélevés sur leurs voisins quand c’est pas carrément la teuf’ et qu’on exhibe alors le long des murailles les cadavres fraîchement écorchés de la journée. Leur blason pose le game en affichant un pauvre hère qu’on vient de peler comme un oignon et je t’explique même pas comment ils aiment bien rappeler que leurs punchlines sont faites à bases de « Our blades are sharp » et autres « Un homme nu a peu de secrets, un homme écorché n’en a pas du tout » (humour noir ou simplement des gens très premiers degrés, on sait pas trop)(et finalement, on veut pas trop savoir non plus hein).

Histoire d’être fidèle à ses armoiries d’équarisseur et faire de Papa Roose le plus fier de tous les papas de gros bâtards que la série ait engendré, Ramsay passe beaucoup d’heures dans la forêt à chasser de la vierge locale, nue et apeurée, avec tous ses copains sociopathes, quand il n’est pas en train d’émasculer ce brave (c’est faux) Theon pour lui apprendre l’humilité (s’allier aux Starks quand on n’en est pas un soi-même, erreur de débutant) ou de violer Sansa au clair de lune parce que dans le fond, c’est un poète qui s’ignore et qu’il aime bien partager un peu de son bonheur conjugal avec les copains voyeurs.

Sauf que voilà, la vengeance, on a beau dire que c’est mal, y’a des fois où c’est quand même vachement bien. Après avoir laissé Jean Neige aller au charbon avec ses copains corbageons (corbeaux et sauvageons, le mix officiel) pour tâter le terrain de la reconquête de Winterfell, Dark Sansa entre en scène, sauve les miches de tout le monde (enfin, sauf Rickon)(mais on a déjà dit que Rickon servait à rien) grâce à Petyr et l’armée des Eyrié qu’elle cachait sûrement dans sa manche en soie depuis deux épisodes et laisse Ramsay servir de petit-déj’ à ses propres molosses. Queen in ze north is back, bitches.


Le Grand Septuaire de Baelor, la mort façon Michael Bay

Explosion de feu grégeois au Septuaire de Baelor - Game of Thrones, HBO

Fallait pas énerver Cersei.

Introduisant le dernier épisode de la sixième saison, cette histoire a donné naissance à l’un des meilleurs passages de la série (et le dernier potable auquel on ait eu droit)(parce que quand tu vois l’ampleur des dégâts en saison 7, il te reste plus que tes yeux pour pleurer). Cersei, qui plongeait de toute façon lentement dans la folie depuis sa marche expiatoire où les pécores avaient eu l’autorisation de lui jeter des tomates pour meubler leur dimanche et fêter ensemble l’arrivée du Printemps sur Port Réal, fomentait donc sa vengeance depuis son retour à la Cour. Et quand Cersei fomente, elle ne le fait clairement pas à moitié : adieu les Tyrell, adieu le Grand Moineau et adieu tous les piou-pious qui avaient rejoint la secte.


Shireen Baratheon, la mort (un peu trop) gratuite

Quand tu réalises (trop tard) que tes parents sont des victimes.

Mom and Dad of the year.

La décapitation de Ned Stark mise à part, l’exécution de la dernière héritière de la maison Baratheon (ah non, il reste Gendry lole) est probablement celle qui me reste le plus en travers de la gorge. Peut-être parce que les immolations d’enfants innocents via la main d’une nymphomane complètement pétée (et qui aime un peu trop faire cramer les gens pour que ce soit honnête), j’ai beau essayer en me disant que Ouaiiiis bon c’est Game of Thrones, on n’est pas venu pour beurrer des sandwichs, je peux pas. Surtout quand ladite nymphomane a pas des masses l’air de s’en vouloir ensuite, rapport qu’elle va bouffer à tous les râteliers en saison 7 avec ses histoires d’Azor Ahai, le prince qui fut promis mais bon ça s’accorde aussi au féminin, padamalgam.


& Viserion, la mort spoilée directement sur l’affiche promo

(Moi, j'aurais pas osé, par exemple.)

Franchement, même moi j’aurais pas osé.


Voilà, maintenant on peut se poser les vraies questions* :

* Avant que n’arrive le jour j’écrirai tout le mal que je pense de cette saison 8 et de son final, dont la simple évocation me provoque encore des frémissements d’horreur.

→ Qui de Daenerys ou de Jean Neige va perdre la vie en premier ?
→ Avec les sous-entendus lourdingues autour de sa prétendue infertilité, verra-t-on la naissance d’un (ou… trois ?) petit Dany Snow recouvert d’écailles et certainement promis à devenir l’antéchrist au vu de ses antécédents familiaux ?
→ Tyrion terminera-t-il sa carrière en tant que Super Nanny de l’héritier du royaume ? D’ailleurs, y aura-t-il un héritier parce que bon, la traçabilité paternelle à Westeros, c’est quand même pas le summum de la fiabilité ?
→ Sansa régnera-t-elle enfin sur le Nord sans qu’on lui casse les noix en permanence ?
→ Arya sera-t-elle le fameux Valonqar transitif dont parle la prophétie relative à Cersei ?
→ D’ailleurs, à propos de sa grossesse, Cersei, elle ment ou bien elle ment ?
→ Jaime et Tormund s’affronteront-ils mano a mano pour les yeux revolver de Brienne ?
→ Yara va-t-elle enfin péter la gueule de Pépé le Putois son oncle en bonne et due forme ?
→ Bran assumera-t-il son rôle de Wikileaks face caméra ou on va encore devoir se taper des aberrations scénaristiques comme la mise à mort de Dark Baelish en saison 7 ?
→ Est-ce bien nécessaire de se demander tout ça alors que les marcheurs blancs sont rien qu’une métaphore climatique de l’apocalypse et qu’on va tous mourir de toute façon ?

3 commentaires

  1. Mais il faut que tu nous préviennes sur les RS quand tu publies un truc après bien des années d’absence ! Ça fait toujours autant plaisir de te lire ! Et tu me fais toujours autant rire ! On veut la suite !

  2. Toutes ces années après je n’ai toujours ni lu les livres, ni vu la série xD

    Mais j’ai quand même tout lu, parce que franchement… quel plaisir de te retrouver par ici !

  3. Hahah ça a eu le mérite de me rappeler plein de scènes qui m’étaient sorties de la tête ! Hâte de voir ce que tu vas dire de la 8, je prépare le popcorn !

Un truc à ajouter ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s